Jouer avec la menace aérienne

La lecture de la revue de vulgarisation aéronautique L’Aérophile nous fait découvrir un des premiers problèmes d’une rubrique de problèmes “amusants, instructifs, scientifiques” offerts à la sagacité des lecteurs… où ces derniers sont invités à calculer “la vulnérabilité de la Tour Eiffel”. Un problème qui, en juin 1940, date de sa parution, peut sembler plus angoissant qu’amusant…

Le problème invite à se demander “quelle serait la probabilité pour la base de la Tour Eiffel […] de ne pas être atteinte dans une attaque aérienne où 6400 bombes seraient lancées à l’hasard sur la ville ?”

Son auteur annonce :

Sans qu’il soit nécessaire de faire aucun calcul, […] l’on voit […] que la probabilité cherchée serait approximativement de 0,3678 […] . Donc, dans 63 sur 100 des bombardements effectués dans ces conditions, la Tour Eiffel serait atteinte à sa base (dans 37 bombardements par une seule bomba, dans 18 par deux, dans 6 par trois et dans 2 par quatre, comme moyenne).

Le problème finalement tient au symbole parisien :

Mais nous désirons pousser la précision de la solution beaucoup plus loin, Paris et sa Tour Eiffel en valent bien la peine et, étant donné que la valeur exacte de la probabilité cherchée est un nombre incommensurable non périodique, à chiffres décimaux infinis qui n’axaient pas de place dans les pages de L’Aérophile, nous nous bornerons à demander à nos lecteurs uniquement deux de ces chiffres correspondants à des ordres d’unités extrêmement petites, [par exemple] aux qui occuperaient les places 25900e et 27900e à partir de la virgule.

Le bombardement de Paris ne sert ni à défendre l’armement aérien de la France, ni l’appel au pacifisme. Il est réduit au contexte d’un jeu mathématique. La solution en est donnée dans le numéro suivant, daté d’août 1940 :

Nous avons donc passé en revue la première série des “Comment, combien, pourquoi ?” de L’Aérophile (années 1940 et 1941)1 et rencontré :

  • problème n° 4 d’août 1940 : un sansfiliste parisien reçoit un appel radiotélégraphique (par la voie des airs donc) un message de détresse d’un dirigeable en détresse ;
  • problème n° 12 de mars 1941 : des pilotes de l’escadrille aérienne de Coulommiers doivent faire un “service de vigilance” autour de Paris ;
  • problème n° 16 de mai 1941 : interprétation du schéma d’une “photo aérienne” où l’on voit la “silhouette de l’Arc de Triomphe de l’Etoile, avec son ombre, et les ombres sur le sol des avions d’une nombreuse formation aérienne survolant Paris” ;
  • problème n° 18 de juin 1941 : le lecteur est invité à expliquer pourquoi “nul avion ne peut jamais voler en ligne droite au-dessus de Paris sans être penché sur son côté gauche”.

Les images illustrant ces problèmes ou leurs solutions2 nous ont permis de constituer un petit corpus iconographique dans lequel c’est décidément un ciel plutôt menaçant qui surplombe la capitale et ses monuments :

Catherine Radtka

Image d’en-tête : Détail de la couverture de L’Aérophile, 48e année, juin-juillet 1940.

L’ensemble des images sont extraites de la revue L’Aérophile disponibles via Gallica. sont incorporées dans ce billet directement à partir de Gallica. Un clic sur les pages extraites des numéros de juin-juillet et août 1940 conduit directement au numéro concerné dans la bibliothèque numérique de la BNF.



Citer ce billet
Catherine Radtka (2023, 9 mars). Jouer avec la menace aérienne. Ciels de Paris. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mdso

  1. Une seconde série est inaugurée dans le numéro de février 1942 sur les sujets présentés dans une rubrique récurrente dite de “vulgarisation aéronautique”. []
  2. Les images sont alors tirées du numéro qui suit directement celui dans lequel l’énoncé est proposé. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.