Défendre le ciel de Paris : le stratagème de la grande hauteur – J. Gimbal

Au sortir de la Première Guerre mondiale, les préoccupations du génie militaire influencent les discussions sur le Paris de l’avenir.  L’urgence de penser la défense de la ville conjuguée à l’effort global d’anticipation qui caractérise l’entre-deux-guerres aboutit à la formulation d’idées nouvelles, parfois proches de la fantaisie naïve, qui recourent volontiers au gratte-ciel .

En 1919, la destruction annoncée des fortifications de Paris pose inévitablement la question de la protection de la capitale, ce que ne manque pas de relever le député de gauche démocratique Honoré Cornudet (1861-1938), interpellant le ministre de la Guerre Georges Clémenceau en 19191.  Face au nouveau visage de la guerre, l’utilité des remparts est reconnue caduque mais les préoccupations du génie militaire n’en continuent pas moins de peser dans les discussions sur le Paris futur.  L’urgence de penser la défense de la ville conjuguée à l’effort global d’anticipation qui caractérise l’entre-deux-guerres aboutit à la formulation d’idées nouvelles, parfois proches de la fantaisie naïve, qui recourent volontiers au gratte-ciel.

“Les guerres provoquent naturellement l’explosion du génie inventif” déclare Le Temps en 1919, qui recense les inventions de guerre dont un gratte-ciel armé de canons et d’”appareils frigorifiques” puissants pour congeler les nuages2. Si l’assimilation de la tour à un bastion défensif avait émergé au début du XXe siècle, l’idée refait son apparition parmi d’autres stratagèmes militaires de défense passive élaborés dans la crainte d’une nouvelle guerre qui userait d’attaques chimiques et de raids aériens3. Outre l’augmentation du nombre d’articles sur la résistance au feu des gratte-ciel et l’amélioration des mesures de sécurité dans la Revue du génie militaire et les revues scientifiques de vulgarisation4, les théories qui succèdent aux travaux des architectes Le Corbusier (1887-1965), Henri Sauvage (1873-1932) et Auguste Perret (1874-1954) sur l’architecture de grande hauteur ont une influence sur le nouveau statut de la tour5.

Ainsi, l’ouvrage que publie en 1930 le Lieutenant-Colonel Paul Vauthier6 (1885-1979) sur le danger aérien analyse l’intrication entre la transformation de Paris et sa défense, vraisemblablement inspiré par les nouvelles théories soviétiques7. Préfacé par le Maréchal Lyautey, Le danger aérien et l’avenir du pays consacre sa dernière partie à l’aménagement des villes8 : la lutte contre l’incendie s’attache tant à la construction – avec l’efficacité des techniques américaines et du ciment armé – qu’à l’espacement des bâtiments le long de voies larges tandis que la surélévation des immeubles couverts d’une épaisse dalle de béton permettrait aux étages supérieurs d’accéder à l’air pur en cas d’attaque aux gaz toxiques. “Sous le tir vertical des bombes d’aviation, il convient de disperser les constructions et de les étirer en hauteur pour diminuer la surface bâtie”9. Le remède au mal-être métropolitain serait, de surcroit, donné par l’altitude. Le “gratte-ciel moderne, incombustible et sanitaire […] bien isolé, sur une large voie, sans cour intérieure, est une forme excellente de la construction urbaine. Il se pourrait même que ce fût la meilleure”10. Le règlement de 190211  n’imposant pas de plafond des hauteurs, l’absence d’objection réglementaire au gratte-ciel rend sa construction d’autant plus cohérente. Condamnant les alignements haussmanniens qui donnent l’impression de marcher “au fond d’une tranchée”12, Vauthier privilégie au cœur de la ville des gabarits en croix inspirés du Plan Voisin de Le Corbusier (1925) – qu’il rencontre en 1929 et dont il loue le travail en 1937 lors du 5e Congrès International d’Architecture Moderne à Paris –, étirés sur une hauteur de 90 mètres pour les bureaux et commerces (180 mètres exceptionnellement), l’ensemble étant bordé de parcs13. Les quartiers de résidences adopteraient la même typologie réduite de moitié.

La théorie de Vauthier trouve divers échos dans la presse spécialisée (aéronautique) et généraliste et suscite des intérêts divers.

Contre les gaz, le plan dit en baïonnette, qui croise deux façades à angle droit, doit être préféré au plan carré dont la cour intérieure est un véritable puits d’où les gaz lourds ne peuvent s’échapper. Il se trouve qu’ici les solutions militaires sont conformes aux solutions les plus récentes de l’urbanisme et de l’architecture, puisqu’elles aboutissent fatalement à un système de gratte-ciel dans lequel les maisons seraient isolées les unes des autres, ouvertes et non fermées, couvertes par des terrasses et non par des toits, en retrait des rues, offrant moins de prise par l’étirement en hauteur, qui seul permettrait de couvrir une telle dépense, que par l’étirement en largeur.  L’esthétique, au surplus, serait mieux satisfaite par l’étagement des terrasses que par le recoupement de toits à angles variables, par les oppositions d’ombre et de lumière que déterminerait le plan en baïonnette. Enfin l’autorité dispose du moyen juridique nécessaire pour imposer ces servitudes à savoir le permis de construire.14

De son côté, le médecin naturiste François Fougerat de David de Lastours (1896-1976) est acquis à l’idée de toits-jardins blindés reliés entre eux par des passerelles15. “La protection réelle et efficace de toute une population menacée par les gaz asphyxiants réside dans l’aménagement des toits des grandes cités permettant aux habitants de séjourner dans un air toujours libre […]. La terrasse […] est en face des forces hostiles, le salut de la Patrie” témoigne-t-il.

À la suite des théories du Lieutenant-Colonel Vauthier dont il sait parfaitement l’existence, Le Corbusier réaffirme la pertinence de ses plans qui trouvent, dans le contexte trouble de l’entre-deux-guerres, une justification nouvelle. “La FROUSSE (la guerre aérienne) sera-t-elle le providentiel levier de l’action nécessaire ?”, questionne-t-il16. C’est ainsi que l’efficacité du plan Voisin en temps de guerre convainc une poignée de personnes.

Seules, dans l’état actuel de l’urbanisme, les villes conçues selon le type “Ville Radieuse” sont capables de résister victorieusement à la guerre aérienne. En effet le 100 % du sol est libre et seuls 5 ou 12 % de la surface sont bâtis ; or les immeubles sont “sur pilotis”, ce qui veut dire que l’air circule, que l’espace est continu, que les vents pourront dissiper les gaz.17

En citant le Lt Cl Paul Vauthier et l’ingénieur allemand Hans Schoszberger, Le Corbusier cherche à légitimer sa théorie architecturale, en lui offrant une double caution scientifique et stratégique. D’autre part, en encourageant la cession partielle de la promotion immobilière à des investisseurs étrangers, l’architecte ne se préoccupe pas seulement de soulager le financement public : 

Si de nombreux milliards se dressent en tours gigantesques de verre au cœur de Paris et qu’une grande part appartienne à des Américains, à des Allemands, ne mesurez-vous pas que ceux-ci interdiront qu’on les détruise, – avec des canons à longue portée, avec des avions ?18

En 1934, l’Union nationale pour la défense aérienne et l’Association des architectes anciens combattants organisent le premier concours restreint pour l’aménagement de Paris face à la menace aérienne, dont les trois projets sont exposés avenue des Champs-Élysées : si toutes les équipes imaginent des systèmes complexes d’accès et de circulations souterraines, le projet n°2 préconise des « tours-abris » de forme effilée pour les services publics, hautes de 100 mètres et devant accueillir mille personnes19

Concours pour l’organisation de la défense passive contre les bombardements aériens dans la région parisienne. Projet n°2 : M. Jouven (chef de projet) et MM. Anibali, Bir, Aubert, De Jankowsky, Bagge, Gumpel, Drouet, Crommer (collaborateurs), “Abri aérien type”, Construction moderne, 15 juillet 1934, p. 768. (Crédits : Bnf/Gallica)

Le gratte-ciel-refuge évolue progressivement en élément de défense active, tantôt phare surpuissant – capable d’aveugler l’ennemi – et station de T.S.F., tantôt forteresse armée. L’architecte Louis Faure-Dujarric (1875-1943) et l’ingénieur Henry Lossier (1878-1962) imaginent ainsi à Issy-les-Moulineaux un “aérodrome-gratte-ciel” de 2000 mètres de haut en béton armé, destiné à la défense aérienne de Paris. Véritable tour mixte avant l’heure, le gratte-ciel tronconique serait, comme le fut la tour Eiffel en 1889, le point d’orgue de l’exposition de 1937 et le prélude aux futures prouesses techniques dont le ciel est la limite : “nous disposons des moyens d’exécution et des matériaux nécessaires pour réaliser des tours de hauteurs nettement supérieures à toutes celles que peuvent faire prévoir les exigences techniques actuelles, conclut Lossier. Ces hauteurs ne sont limitées, en pratique, que par des considérations d’ordre utilitaire et économique”20. L’association de l’architecture de grande hauteur et de l’aviation, déjà formulée avant-guerre, se perfectionne désormais durant l’entre-deux-guerres : le contexte oblige à fournir des projets contextualisés qui s’inscrivent à la suite des essais de l’architecte et ingénieur civil Eugène Hénard21 (1849-1923), ainsi que l’illustre encore l’esquisse d’aéroport de l’ingénieur André Basdevant. Ce gratte-ciel-pont répond tant au besoin fonctionnel du décollage et de l’atterrissage des avions qu’il exprime, de par sa localisation, une certaine magnificence urbaine. De façon sensiblement analogue, est mentionné en 1938 un projet de toit défensif et rétractable couvrant Paris qui, hissé sur des gratte-ciel de 350 à 400 mètres, pourrait servir d’aire d’atterrissage22.

Ainsi considéré sous l’angle militaire, l’espace parisien pose surtout le problème de la densité si bien qu’un lien est désormais établi entre les typologies architecturales et leur vulnérabilité aux attaques : les théories de Le Corbusier et ses “abris nouveaux élevés dans le ciel”23  figurent parmi les plus efficaces aux yeux de quelques observateurs et élus. À la veille de la Seconde Guerre, le gratte-ciel défensif comme la ceinture verte prônée par beaucoup restent néanmoins privés de matérialisation tandis que l’anxiété générale est grandissante. Ainsi, si la conviction d’une loi sur l’aménagement et l’extension des villes a germé avant la Première Guerre, nul doute que l’anticipation collective qui succède au conflit en souligne l’urgence et le potentiel24. La planification devient la préoccupation commune aux architectes, urbanistes et dirigeants civils et militaires, que relayent intensivement les revues professionnelles à partir de 1936. La constitution d’un imaginaire commun tourné vers le futur, dans lequel la ville est hérissée de tours, entrevoit sa faisabilité grâce à l’élaboration d’outils administratifs à l’efficacité pourtant contestable, outre les avancées techniques (béton, ossature métallique, ascenseur). Si l’on peut s’interroger sur la survivance de cet imaginaire en construction au regard de la conjoncture politique et économique, la prévention militaire semble justifier aux yeux de quelques-uns l’existence du gratte-ciel à Paris.

Julie Gimbal

Image d’en-tête : Illustration parue dans Lectures pour tous, septembre 1934, p. 19 en ouverture de l’article de Jacques Pilpoul, “La Tour qui défend la ville”, présentant le projet de tour de 2000 mètres de Henry Lossier et Louis Faure-Dujarric. (Crédits : Bnf/Gallica)



Citer ce billet
Catherine Radtka (2023, 17 avril). Défendre le ciel de Paris : le stratagème de la grande hauteur – J. Gimbal. Ciels de Paris. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mdsq

  1. « Votre confiance dans la ligue des nations fait que les mesures militaires n’ont plus, dans l’avenir, d’intérêt pour protéger les villes. Je m’associe à votre souhait dans l’esprit où vous l’avez formulé, c’est-à-dire avec quelques réserves. » « Suite de la discussion du projet de loi relatif au déclassement de l’enceinte fortifiée de Paris », Journal Officiel, Chambre des députés, Débats parlementaires, 14 mars 1919, p. 1183-1194, p. 1185. Honoré Cornudet, député de Seine et Oise, est le rapporteur de la loi portant son nom, promulguée en 1919 et complétée en 1924, qui oblige les villes à mettre au point un Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension. Pour plus d’informations, lire sa notice biographique sur le site de l’Assemblée nationale. []
  2. « De quelques inventions de guerre. Absurdes un jour, oui, géniales plus tard, souvent », Le Temps, 25 novembre 1919, p. 1. []
  3. Voir à ce sujet : Jean-Marie Moine, « Un mythe aéronautique et urbain dans la France de l’entre-deux-guerres : le péril aérochimique »Revue historique des armées, n° 259, 2009. []
  4. Citons P. Calfas, « La résistance à l’incendie des différents genres de colonnes et piliers », Revue du génie militaire, janvier-juin 1922, p. 365-369. Et Jean Boyer, « Protection des gratte-ciel contre l’incendie », La Nature. Revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie, janvier-juin 1925, p. 110-112. []
  5. Voir Efi Markou, “Militaires et urbanistes durant les années trente : L’aménagement urbain et la menace aérienne”Les Annales de la recherche urbaine, n° 91, 2001. Villes et guerres. []
  6. Voir la notice biographique sur le site du CTHS. []
  7. Notamment les théories publiées dans le journal moscovite Woina i Technika (Guerre et technique), de Boris Truchatschow ou Wadim Koshewnikow. Lire à ce sujet : Lieutenant Colonel Lazard, « Idées russes sur les mesures à prendre dans les constructions pour la protection des habitants des villes contre les attaques aériennes », Revue du génie militaire, juillet-décembre 1930, p. 323-339. []
  8. Paul Vauthier, Le danger aérien et l’avenir du pays, Paris, Éd. Berger-Levrault, 1930. []
  9. Ibid., p. 222. []
  10. Paul Vauthier, Le danger aérien et l’avenir du paysop. cit., p. 240. []
  11. La construction dans Paris est régie par des textes réglementaires depuis l’Ancien Régime. Les règlements successifs tendent à définir notamment le gabarit des immeubles et à fixer des règles d’alignement. Le règlement de construction du 13 août 1902, élaboré par l’architecte voyer Louis Bonnier, ne fixe pas de hauteur plafond mais une hauteur de façade et un dessin des combles corrélés à la largeur de la voirie et de la parcelle. L’ambition est de gagner plusieurs niveaux et d’introduire plus de variété dans la composition des immeubles. Voir à ce sujet les travaux de François Laisney, dont « Le Règlement de 1902 : continuité ou rupture du Paris haussmannien ? » dans Annie Térade (dir.), Paris, formes urbaines et architectures. Cahiers de l’Ipraus. Paris : Ed. Recherches, 1998, p. 113-124. Également l’Atlas historique de la Ville de Paris. []
  12. Le danger aérien et l’avenir du paysop. cit., p. 261. []
  13. Voir la présentation du plan Voisin sur le site de la fondation Le Corbusier. []
  14. Léandre Vaillat, « L’urbanisme parisien devant l’attaque aérienne », Le Temps, 26 avril 1933, p. 4. []
  15. Dr Fougerat de David de Lastours, La Défense passive vue par un médecin, 1938 (rapport à la commission de médecine sociale du SMS du 12 février 1936), p. xxv-xxix. []
  16. La Ville radieuseop. cit., p. 60. Dans l’ouvrage, une série de croquis illustrent les propos de l’architecte, dont la planche 17 qui mentionne la théorie de Vauthier lors de sa publication en 1935. []
  17. La Ville radieuseop. cit., p. 60. []
  18. Le Corbusier. « Chiffres et réalisation », Urbanisme, Paris : Crès, 1924, p. 280. []
  19. Raoul Leclerc, « Concours pour l’organisation de la défense passive contre les bombardements aériens dans la région parisienne », Construction moderne, 15 juillet 1934, p. 764-769, p. 768. []
  20. Jacques Pilpoul, « La tour qui défend la ville », Lectures pour tous, septembre 1934, p. 19-23, p. 22. []
  21. Hénard publie entre 1903 et 1909 ses Études sur les transformations de Paris qui lui valent le statut d’architecte-urbaniste avant l’heure. Au-delà d’observer les défauts d’aménagement de la capitale (espaces verts, congestion urbaine), il plébiscite la construction d’immeubles à toit-terrasse pour adapter la ville au transport aérien. Dans Les villes de l’avenir en 1910, il préconise le zonage urbain assorti d’une variété de tours aux fonctions diverses (orientation, surveillance, télécommunication). Outre-Atlantique dès le début du siècle, Louis Biedermann, Richard Rummel, Harvey Wiley Corbett ou Moses King illustrent cet avenir de la ville, où le vol est l’emblème de la modernité. Pour plus d’informations, voir notamment : Giovanni Lista, « Visions aéropicturales » dans Alain Guiheux (dir.). Art et architecture en Europe 1879-1993, catalogue d’exposition. Paris : Centre Georges Pompidou, 1994, p. 207-211 ; Nicolas Lemas, Eugène Hénard et le futur urbain : quelle politique de l’utopie ?, Paris, L’Harmattan, 2008 ; Nathalie Roseau. Aerocity : quand l’avion fait la ville. Marseille : Parenthèses, 2012, p. 31-45. []
  22. Maurice Pefferkorn, « Un toit couvrant Paris », Le Journal, 27 septembre 1938, p. 2. []
  23. Le Corbusier, Des canons ? Des munitions ? Merci ! Des logis … S.V.P., Boulogne-sur-Seine, Éditions de l’Architecture d’Aujourd’hui, Collection de l’équipement de la civilisation machiniste, 1938, p. 54. []
  24. Lewis Mumford en 1938 revient sur la diffusion de la mentalité de la guerre dans la société : « la période intermédiaire, souvent définie non sans une certaine fantaisie comme “paix”, est aussi un état de guerre : la guerre passive de la propagande de guerre, de l’endoctrinement de guerre, la répétition de la guerre ; des manœuvres préalables pour se mettre en position. » « A brief outline of hell », dans The Culture of Cities, New York, Harcourt, Brace & Co, 1938, p. 275. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.