Au-dessus de Paris, en ballon, dans le dernier tiers du XIXe siècle – C. Radtka

À la suite de la guerre franco-prussienne de 1870-71, les ascensions en ballon sont à nouveau en vogue. Au départ des usines à gaz de Paris ou, plus tard, du Landy et du parc de Saint-Cloud, les envols de ballons libres se multiplient et, avec eux, les récits de voyage aérien. Si Paris ou la proche banlieue sont surtout des points de départ pour ces voyages, leur relation offre parfois des descriptions du ciel parisien ou de la ville vue et ressentie d’en-haut. Nous avons donc commencé à construire un corpus de ces récits de survol de la ville. Ce billet en présente quelques extraits.

Comme l’indiquent Luc Robène et Dominique Bodin, les “ascensions en ballon ont suscité à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et jusque dans les années 1920-1930, de nombreuses et souvent très élégantes descriptions, aux confins de la littérature et du journalisme”1. Des textes rédigés par des personnalités issues des milieux littéraire et/ou artistique — Guy de Maupassant, Sarah Bernhardt ou encore Colette pour citer les plus connus — voisinent les récits d’aéronautes professionnels, de météorologistes et astronomes (amateurs et professionnels)2 et d’amateurs de sensations aériennes qui s’embarquent à bord des ballons.

À la suite de la guerre franco-prussienne de 1870-71, le pays connaît en effet une véritable “vogue aérostatique” pour reprendre les termes de Gaston Tissandier (1843-1899), journaliste, aéronaute et promoteur infatigable de la chose aérienne3. Avec ses constructeurs de ballons et ses aéronautes, Paris devient alors une “capitale aéronautique”, l’annonce des ascensions et les récits des aéronautes parus dans la presse ou sous forme de monographies contribuant largement à lui conférer ce statut4.

Les revues spécialisées et de vulgarisation incluent ainsi de nombreux textes témoignant des impressions ou la description des pratiques, savantes en particulier, des voyageurs aériens. Si le départ de Paris, généralement d’une usine à gaz ou d’un lieu où est installé une machine de production d’hydrogène, n’y tient souvent que quelques lignes, certains textes incluent des remarques sur l’espace qui surplombe la ville. Nous avons donc entrepris de construire un corpus regroupant ce type de descriptions5, à partir du dépouillement systématique de plusieurs revues et journaux (L’Aéronaute, L’Aérophile, Le Monde illustré, La Science populaire). Nous y ajoutons d’autres récits parus dans d’autres titres, repérés dans l’historiographie ou trouvés par rebonds et renvois, ainsi que des monographies identifiées grâce à une recherche par auteurs dans Gallica6. Nous incluons dans ce corpus des illustrations — dessins “d’après nature”, gravures d’après photographie, représentations figuratives, photographies ainsi que quelques diagrammes d’ascensions — parues pour accompagner les récits sous forme de texte. L’objectif est de varier les auteurs, mais aussi les supports médiatiques des récits et les objectifs (affichés) des ascensions réalisées.

Les quelques extraits retranscrits ci-dessous permettent de parcourir une trentaine d’années. Ils concernent tous des vols effectués après la guerre franco-prussienne de 1870-717 mais sont de longueur et de style variés. Le dernier extrait retranscrit, tiré d’une monographie d’Alberto Santos-Dumont (1873-1932), signale une inflexion dans les sensations éprouvées au-dessus de Paris et les préoccupations des aéronautes. Avec la mise au point de dirigeables, il ne s’agit plus de se déplacer avec le vent ; au contraire, le mouvement impulsé fait ressentir le vent de la course et la question du choix d’un lieu d’atterrissage se pose également plus explicitement8. Les machines mises au point dans les dernières années du XIXe siècle apportent une réponse à la quête pluri-décennale de dirigeabilité mais ne closent pas pour autant les débats entre partisans des plus-lourds-que-l’air et des “légéristes”. Elles ne suppriment pas non plus les ballons du ciel parisien. Au cours de l’Exposition universelle de 1900, la section dédiée à la colombophilie et à l’aérostation organise notamment 14 concours à Vincennes qui suscitent 156 ascensions9. Au cours des séances de la Société française de navigation aérienne, des comptes-rendus d’ascensions sont encore lus au début du XXe siècle10.

Soulignons également qu’au cours de cette période, le spectacle du ciel parisien vécu in situ n’est pas le seul apanage des voyageurs de ballons libres. Plusieurs ballons captifs sont présents dans la ville, attractions ponctuelles mises en place à l’occasion de fêtes de quartier ou de fêtes foraines11 ou établies de manière plus régulière comme au Jardin d’Acclimatation, aux “arènes aérostatiques”12 du boulevard Delessert, ou encore aux aérodromes de la Porte Maillot et du bois de Boulogne. L’Exposition universelle de 1878 s’accompagne notamment de la mise en service d’un ballon captif sur-dimensionné imaginé par Henri Giffard.

Toutes ces attractions vantent le “panorama sur Paris” qu’elles offrent aux visiteurs. Si la formule oriente davantage les regards vers le sol et la ville que vers l’horizon, le spectacle visuel s’accompagne aussi de sensations et d’impressions causées par l’accès à l’altitude : brise ressentie, odeurs et bruits atténués, changements dans la perception de l’humidité, du chaud et du froid, effets de lumière pour les ascensions effectuées à la nuit tombante, etc. La construction d’un corpus spécifique de récits d’amateurs d’ascensions en ballons captifs, qui inclurait des témoignages variés et multiples, devrait être entreprise pour compléter le corpus de récits en cours d’élaboration. Son analyse permettrait de préciser les ressentis des “quidams” à qui ont été vendus “pour quelques sous les vertiges de l’élévation” selon une démarche dont nombre d’aéronautes professionnels, tels Gaston Tissandier, ont cherché à se distinguer par leurs expériences et leurs récits13. Pour l’heure, nous ne faisons qu’évoquer cet aspect à travers l’image d’en-tête de ce billet.

DateAuteurRéférence et liensBallon, date, lieu de départ, et aéronautes
1873Gaston Tissandier“Observations météorologiques en ballon”, L’Aéronaute, 6e année, n° 11, novembre 1873, p. 197-200
extrait ; texte complet
nom du ballon non précisé
4 octobre 1873
usine à gaz de la Villette
Paul Henry, Gaston et Albert Tissandier
1874Wilfrid de FonvielleLa conquête de l’air : les débuts du voyage en zig-zag, Paris, Augusto Ghio, 1874
extraits ; texte complet
Guillaume-Tell
27 mai 1874
usine à gaz de la Villette
M. Miranda14, M. Lesage, M. Guerrapain, Charles Chavoutier, Wilfrid de Fonvielle
1875Gaston Tissandier “L’ascension de longue durée du ballon ‘le Zénith,’” La Nature, n° 97, 10 avril 1875, 293-298.
extrait ; texte complet
Zénith
23-24 mars 1875
usine à gaz de la Villette
Théodore Sivel, Joseph Crocé-Spinelli, Claude Jobert, Gaston et Albert Tissandier
1878Sarah BernhardtDans les nuages. Impressions d’une chaise, Paris, G. Charpentier, 1878 (illustré par Georges Clairin)
extrait ; texte complet
récit inspiré par l’ascension indéterminée à bord du Doña Sol
22 août 1878
cour des Tuileries15
Sarah Bernhardt16, Georges Clairin, Louis Godard
1882Joseph Jaubert“Chronique aérostatique”, La Science populaire, 28 septembre 1882, p. 520-21
extrait ; texte complet
Mariette-Pacha
3 septembre 1882
place des Vosges
Joseph Jaubert
1882Henri Lachambre“Chronique aérostatique”, La Science populaire, 12 octobre 1882, p. 547-8
extrait ; texte complet
Tréviso
3 septembre 1882
Charenton
Henri Lachambre et Auguste Gaudron
1882Joseph Jaubert“L’ascension du “Mariette-Pacha””, La Science populaire, 19 octobre 1882, p. 566-7
extrait ; texte complet
Mariette-Pacha
8 octobre 1882
place Saint-Jacques
Joseph Jaubert et J.17 Bloch
1884Thibault, Brissonnet fils, Mercier“Ascension du ballon de l’Ecole aérostatique de France. Le 12 octobre 1884”, L’Aéronaute, 17e année, n° 12, décembre 1884, p. 230-234
extrait ; texte complet
ballon de l’Ecole aérostatique
12 octobre 1884
usine à gaz de la Villette
M. Thibault, Anatole Brissonnet, M. Mercier18
1885Eugène Valès“Ascension du ballon “Le Mozart” à l’usine à gaz de la Villette. Le 3 juillet 1885″, L’Aéronaute, 18e année, n° 12, décembre 1885, p. 225-227
extrait ; texte complet
Mozart
3 juillet 1885
usine à gaz de la Villette
M. Culan et Eugène Valès
1885Henri Lachambre“Ascension du “Talisman”. Le 2 novembre 1885″, L’Aéronaute, 18e année, n° 12, décembre 1885, p. 227-229
extrait ; texte complet
Talisman
2 novembre 1885
usine à gaz de la Villette
M. Werthemann et Henri Lachambre
1887Guy de Maupasssant« De Paris à Heyst », Le Figaro, 16 juillet 188719
extrait ; texte complet
Le Horla
8 juillet 1887
Maurice Mallet, Paul Jovis, Étienne Beer, Paul Bessand
1888Eugène Valès“Ascension du ballon “Le Mozart” à l’usine à gaz de la Villette”, L’Aéronaute, 21e année, n° 7, juillet 1888, p. 123-127
extrait ; texte complet
Mozart
1888 (date précise à trouver)
usine à gaz de la Villette
M. Lépine, M. Bougron, Eugène Valès
1889Camille FlammarionVoyages en ballon, Paris, C. Marpon & E. Flammarion, 1889
extrait ; texte complet
27 juillet 1880
usine à gaz de la Villette
Camille Flammarion, Mme Flammarion, Maurice Fouché, Paul Thomas, Eugène Godard, M. Crommelin
1890Jules Lucy“Ascension de “L’Aurore”. Aérostat de 1000 m.c.”
extrait ; texte complet
Aurore
usine à gaz de la Villette
9 mars 1890
M. Sauzay, Adrien Cassé, E. Plan, Jules Lucy
1894Maurice Farman“Quatorze heures en l’air”, L’Aérophile, 2e année, n° 10-11, p. 192-198
extrait ; texte complet
Sirius
lieu exact du départ non précisé
16 juillet 1894
Maurice Farman, Georges Besançon
1896Maurice Farman“De Paris à Agen en ballon”, Le Figaro, 23 novembre 1896, p. 1-2
extrait ; texte complet
Touring-Club
20 novembre 1896
usine à gaz de la Villette
Maurice Farman, Georges Besançon
1900Maurice Farman“Vingt heures en ballon. De Paris au Mont Mézenc”, L’Aérophile, 8e année, n° 7, juillet 1900, p. 91-95
extrait ; texte complet
1900 mètres de M. Surcouf
9 juillet 1900
usine du Landy
Maurice et Henry Farman, Georges Besançon
1904Alberto Santos-DumontDans l’air, Paris, Charpentier et Fasquelle, p. 126-130
extrait ; ouvrage complet
Santos-Dumont n° 3
13 novembre 1899
Atelier de Vaugirard
Alberto Santos-Dumont

Gaston Tissandier en 1873

La particularité la plus remarquable de l’ascension que nous avons exécutée le 4 octobre dernier est la route suivie par l’aérostat, sous l’influence de deux courants aériens superposés. Au moment où nous nous sommes élevés de l’usine à gaz de la Villette, à midi trois minutes, le courant inférieur nous a lancés dans la direction est-sud-est, tandis que, vers l’altitude de 700 mètres, le courant supérieur sud-ouest nous a dirigés vers le nord-est. On nous a vus décrire dans l’espace une courbe très prononcée, comme l’indique le tracé de notre voyage (fig. 16). 

Gaston Tissandier, “Observations météorologiques en ballon”, L’Aéronaute, 6e année, n° 11, novembre 1873, p. 197-8.

Wilfrid de Fonvielle en 1874

Le 26 au soir, veille du jour fixé pour l’ascension, nous nous rendîmes à l’usine pour procéder aux derniers préparatifs, ce qui nous permit d’assister à un spectacle que je crois très-rare.

Le ciel était couvert du côté du couchant par de très-gros nuages noirs qui cachaient entièrement le soleil, et qui flottaient dans un air humide. Ces nuages étaient très-homogènes et distribués en couches horizontales. Le soleil, entraîné par le mouvement diurne, finit par montrer la portion inférieure de son disque. On le vit grandir aussi régulièrement que s’il émergeait du sein d’une mer tranquille. La partie inférieure des nuages qu’il quittait était aussi nette, aussi bien trachée que la face d’un océan sur laquelle aucun zéphyr ne viendrait imprimer une ride. A mesure que le soleil se dégageait, il se teignait fortement en couleur rougeâtre. Quand le disque apparut tout entier entre les nuages et l’horizon, on vit quelques instants un spectacle analogue à celui qu’on contemple dans les grands brouillards de l’hiver. Bientôt ce cercle rouge de feu vif disparut dans une masse de vapeurs augmentant de densité à mesure que les rayons rasaient de plus près la surface de la terre.

La nuit fut tranquille, mais le ciel resta presque constamment couvert de gros nuages éméchant de voir la lune qui était presque pleine et qui ne se coucha qu’aux approches du jour. Ces symptômes météorologiques étaient loin de présager une journée calme et un air tranquille ; malgré sa réputation un peu usurpée le mois des fleurs est loin d’être favorable aux aéronautes.

Wilfrid de Fonvielle, La conquête de l’air : les débuts du voyage en zig-zag, Paris, Augusto Ghio, 1874, p. 7-8.

Je suis déjà passé bien souvent dans le dessus de Paris, mais jamais je n’ai vu deux fois le même spectacle, tant la vue est influencée non pas seulement par l’état de l’atmosphère, mais par la quantité de lumière et par l’obliquité des rayons. Je crois que l’orientation de la route produite aussi un grand changement dans la perspective à cause des différentes inflexions du terrain dont, contrairement à ce qu’ont annoncé certain [sic] aéronautes, la courbure est très appréciable. […]

Jamais en effet je n’ai trouvé la vue aéronautique de Paris plus nouvelle, plus embrouillée, quoique dans presque toutes mes ascensions je sois parti de l’usine de la Villette. […] C’est ainsi que la rue Lafayette, qui court dans la direction générale nord-est et qui, après avoir fait un faible coude, se dirige vers la rue de Flandre, se montre comme une voie si étrangement distincte de toutes les autres que nous hésitons pendant quelque temps avant de la reconnaître.

L’infini nous saisit par tous les pores ; il nous faut quelque temps avant que la raison retrouve son entier équilibre.

La forme des nuages qui sont au ciel vient merveilleusement à notre aide ; en effet, ils se projettent sur le sol de la manière la plus nette et donnent une idée parfaite de la nature du milieu dans lequel on se trouve. […]

La ville nous paraissait marbrée de taches si régulières que jeune saurais mieux la comparer qu’à une peau de tigre. […]

Wilfrid de Fonvielle, La conquête de l’air : les débuts du voyage en zig-zag, Paris, Augusto Ghio, 1874, p. 20-23.

Quoi qu’il en soit, nous tourbillonnons au-dessus des buttes Chaumont que recouvre une tache plus noire que toutes celles qui zèbrent la grande ville. Paris ainsi bariolé d’une façon régulière ressemble à une selle mouchetée que Gargantua aurait jetée sur les rives de la Seine. Espérons que jamais despote ne parviendra désormais à s’y asseoir. Bientôt nous dérivons vers la barrière du Trône, mais le courant supérieur nous a repris et nous voguons vers la Bastille. Le génie de la Liberté étincelle sous un rayon de soleil. Acceptons-en l’augure.

L’homme a disparu, mais son oeuvre ne paraît que plus parfaite, plus majestueuse. On comprend que ce de volcan d’idées dont nous admirons le cratère ventouse de cheminées, de toits, zébré de boulevards, bariolé de squares, sort quelque fois un cône funèbre vomissant de sombres torrents de sophismes, de cendres, d’erreurs, de mensonges. Mais la flamme révélatrice ne tardera pas à s’élancer ver le ciel. Salut, adorable atelier de pensées généreuses dont nous mesurons la grandeur. Salut, Paris calomnié, nous planons assez haut pour perdre de vue les traces des discordes civiles. Ton Hôtel de Ville nous paraît avoir reconquis sa splendeur. Ah voici qu’un nuage nous sépare et nous rappelle que nous planons à une hauteur que tous les monuments entassés comme Pélion sur Ossa ne sauraient atteindre.

Nous sommes entrés, pour ainsi dire, dans un monde nouveau au moment où Paris, au-dessus duquel nous planons, a disparu, enveloppé dans d’épouvantables tourbillons de vapeurs.

Vainement le plus habile artiste se flatterait de comprendre la forme de ces magnifiques cumulus, s’il ne s’est pas trouvé isolé de la vue de toute oeuvre humaine, s’il ne s’est pas senti le jouet de ces forces qui font déjà si grand à moins d’une lieue au-dessus de nos petites habitations civilisées, et qui développent la majesté de l’info devant l’oued étonné des aéronautes. Moi-même qui commence à être chez moi dans les nuages, je ne pouvais deviner la masse énorme de ces nues monstrueuses, car, par un caprice jusqu’alors inexpliqué de la nature, elles étaient beaucoup plus hautes que larges, et surtout qu’épaisses.

Non-seulement leur face, qui eût recouvert deux fois le jardin des Tuileries, est réduite par l’éloignement à des proportions infimes, mais leur hauteur se trouvait étrangement dissimulée. Il fallait les avoir côtoyées d’un bout à l’autre, l’oeil sur l’aiguille d’un excellent baromètre Richard, pour se bien figurer que, de la base jusqu’au sommet, elles étaient quatorze fois plus hautes que la grande pyramide d’Égypte, qu’il y avait aussi loin de leur pied à leur front que de l’obélisque à l’Arc-de-Triomphe. Qui eût dit que le volume de chacune de ces colonnes inclinées pendant au ciel de Paris comme autant de stalactites au plafond d’une grotte, dépassait cinq cents millions de mètres cubes ! […]

Nous nous élançons malgré nous dans une de ces grandes vallées célestes qui se dressent au-dessus de nos têtes, et portées par un rayon de soleil, nous ne tardons point à planer au niveau de la cime.

Dans son premier dessin, M. Miranda a montré l’ouverture inférieure de ces singulières cavernes inclinées, formées par des amas de vapeurs se durcissant à mesure qu’elles pénètrent dans un air plus rare.

A 1,300 mètres, notre premier point de vue, la nuée est friable ; on dirait qu’elle est sur le point de se dissoudre ; à 2,000 mètres, elle semble déjà solide ; à 3,000 mètres, elle est assez dure pour résister à l’action du grand soleil.

Wilfrid de Fonvielle, La conquête de l’air : les débuts du voyage en zig-zag, Paris, Augusto Ghio, 1874, p. 24-28.

Gaston Tissandier en avril 1875

Le départ a eu lieu le 23 mars, à l’usine à gaz de la Villette, où la Compagnie parisienne a fourni le gaz de l’éclairage nécessaire au gonflement. A 6 heures 20 minutes du soir, le ballon s’élève majestueusement dans l’espace, emportant dans sa nacelle les aéronautes désignés par la Société de navigation aérienne : MM. Sivel, Crocé-Spinelli, Albert Tissandier, Jobert et moi, 1100 kilogrammes de lest formé de sable fin, des instruments et des appareils de physique et de chimie.

Nous nous élevons dans l’atmosphère, traversant Paris, où des milliers de lumières scintillent comme les constellations d’un ciel étoilé ; nous passons lentement au-dessus du jardin des Tuileries, au-dessus du dôme des Invalides, et bientôt le spectacle de la grande métropole disparaît à l’horizon, pour céder la place au tableau non moins majestueux de la campagne. Le soleil jette ses dernières feux sur les brumes lointaines, amassées en grandes nappes de vapeurs, l’obscurité se fait, et nos lampes de Davy, nous éclairent seules au milieu de la nuit. Après avoir mis en ordre la nacelle, rangé méthodiquement les sacs de lest, nous commençons à procéder à nos expériences.

Gaston Tissandier, “L’ascension de longue durée du ballon ‘le Zénith'”, La Nature, n° 97, 10 avril 1875, citation p. 29.

Dans l’article que rédige Wilfrid de Fonvielle pour Le Monde Illustré au sujet de cette ascension, l’auteur veille à présenter l’objectif de l’ascension et le travail des aéronautes comme une pratique scientifique légitime et professionnelle20. La vue sur Paris est rapidement décrite mais emprunte à la rhétorique du sublime mobilisée par Tissandier dans son récit :

Quand le soleil du 24 mars s’est couché, à leurs pieds brillaient des millions de lumières; Paris s’était transfiguré en une merveilleuse constellation d’étoiles. 

Wilfrid de Fonvielle, “L’Ascension du “Zénith””, Le Monde illustré, 19e année, n° 938, 3 avril 1875, p. 215 et p. 217-8.

Sarah Bernhardt en 1878

Il était alors cinq heures trente minutes. La foule se pressait davantage autour du ballon : les chapeaux se soulèvent, les mains se serrent, les adieux s’échangent, et l’aérostat s’élève rapidement au milieu des applaudissements sympathiques…

Et puis rien ! rien !… la terre au-dessous, le ciel au-dessus… Je suis dans les nuages. J’ai laissé Paris brumeux, je trouve un ciel bleu et un soleil radieux. Le petit panier plonge dans une vapeur laiteuse toute tiède de soleil. Autour de nous des montagnes opaques aux crêtes irisées, une petite ligne de la couleur du plomb qui repousse le second plomb. C’est admirable ! c’est stupéfiant !

Pas un bruit, pas un souffle. Ce n’est pas du silence, c’est l’ombre du silence. C’est doux, c’est estompé. […]

Mais tout à coup, le décor change : les nuages s’écartent, et l’aérostat se met à descendre au-dessus du pont de la Concorde, à une centaine de mètres de notre point de départ.

La foule qui se trouve encore réunie dans la cour des Tuileries se précipite vers les quais. Nous semblons, nous, nous précipiter dans la Seine. […]

Aussitôt il vide un sac de lest et nous remontons au ciel.

Sarah Bernhardt, Dans les nuages, Paris, G. Charpentier, 1878, p. 14-17.

Joseph Jaubert en septembre 1882

[…] je jetais alors un sac de lest pour franchir les maisons bordant la place ; aussitôt le ballon partit comme une flèche et disparut très rapidement aux yeux des spectateurs. […]

A 2200 mètres, le spectacle qui s’offrait à ma vue était véritablement imposant. Au nord-est, un magnifique arc-en-ciel entourant l’auréole des aéronautes ; au sud-ouest, Paris m’apparaissait comme enveloppé d’un brouillard léger. A peu près à la même altitude, je voyais tout autour de moi de gros nuages blancs ressemblant à des mers de glace.

Joseph Jaubert, “Chronique aérostatique”, La Science populaire, 28 septembre 1882, p. 520-21.

Henri Lachambre en 1882

Le temps était incertain et le vent poussait violemment les nuages dans la direction du N-E.

A 5 heures précises, malgré la rafale, je fais le pesage non sans difficulté, et je pars […].

Une foule sympathique nous applaudit, et quelques minutes plus tard nous planons sur le bois de Vincennes. Paris à notre gauche, est légèrement voilé par la brume.

L’horizon grandit, les bruits terrestres diminuent et le silence absolu succède bientôt aux derniers murmures.

Lachambre cité par Joseph Jaubert dans La Science populaire, n° 139, 12 octobre 1882, p. 547.

Joseph Jaubert en octobre 1882

Lâchez tout !!!! aussitôt le ballon, que rien ne retient plus à terre, s’élève lentement, m’emportant, ainsi que M. J. Bloch, qui faisait sa première ascension ; il est 4h 45.

4h 50. — Nous sommes à 500 mètres, le vent est S 1/4 S O , nous voyons toujours le public qui nous salue.

4h 55. — 600 mètres ; M. Bloch en coulant accrocher son thermomètre le laisse tomber, nous le voyons tournoyer dans l’espace, il a dû atterrir non loin du Collège de France ; nous apercevons M. Duruof, il monte très vite. Nous sommes au-dessus de l’église des Bernardins, nous allons traverser la Seine.

5 heures. — 630 mètres. Nous passons derrière Notre-Dame, sur les tours de laquelle nous apercevons un grand nombre de personnes qui agitent leurs mouchoirs, nous descendons un peu ; la Seine est traversée, nous voyons très bien l’Hôtel de Ville, je montre à Bloch l’endroit où atterrit, il y a 3 ans, le ballon que montait M. Triboulet ; dans cette ascension, le ballon avait effleuré les tours Notre-Dame, si Quasimodo s’y fut trouvé, il eut pu saisir le guide-rose, et le faire descendre sur la terrasse mais n’ayant pu avoir l’appui de ce personnage légendaire, force lui fut de continuer sa route, et il vint atterrir sur la berge de la Seine !

Le ballon marche toujours, nous traversons les Grands Boulevards, le canal St-Martin ; nous voyons l’endroit d’où est parti Duruof, il y a beaucoup de monde.

5h05. — Nous sommes au-dessus des Buttes-Chaumont ; l’aérostat, après avoir monté à 700 mètres, est redescendu à 300, l’air est frais le ballon de Duruof monte toujours ; nous traversons les abattoirs.

5h15. — Nous entendons un grand nombre de coups de sifflets ; ce sont les nombreux trains de chemins de fer du Nord, de l’Est et de Ceinture, le ballon fait un mouvement giratoire de gauche à droite, nouante tardons pas à dépasser le Fort d’Aubervilliers ; le panorama est, à ce moment, magnifique, nous voyons dans le lointain la Seine serpentant et dont le ciel couchant se reflétant sur ses ondes, les rends couleur vermeille. Paris commence à se couvrir de vapeurs, au nord, quelques nuages s’avancent vers nous, il est donc certain qu’à une altitude assez élevée, il existe un courant contraire à celui qui nous emporte. …

Joseph Jaubert, “L’ascension du Mariette-Pacha”, La Science populaire, n° 140, 19 octobre 1882.

Thibault, Brissonnet fils, Mercier en 1884

A 10 heures 30, le ballon de l’Ecole cubant 600 mètres, monté par MM. Thibault, Brissonnet fils et Mercier, est prêt à partir de l’usine à gaz de la Villette, l’équilibrage est vite fait. Lest en réserve 60 kilog.,6 pigeons voyageurs, force ascensionnelle 10 kilog., température à terre : thermomètre sec 16°, humide 13°, vent S. S. O. 

10 h. 35. Nous nous élevons lentement, mais le vent nous pousse vers les cheminées de l’usine ; 10 kilog. de sable nous font facilement passer. 

10 h. 40, 300 mètres, therm. sec 140, humide 120. — Au-dessus de Pantin; derrière nous Paris, semble s’envelopper d’un épais manteau gris, précurseur des prochains froids. 

10 h. 45,450 mètres. — Nous planons au-dessus du fort d’Aubervilliers dont les soldats nous contemplent étonnés ; après avoir lâché nos pigeons, nous regardons notre point de départ : le jeune Mercier, qui en est à sa première ascension, est littéralement ébahi du spectacle ; les brouillards viennent voiler ce beau décor ; à peine par-ci par-là voit-on encore le sol parisien. 

Thibault, Brissonnet fils et Mercier, “Ascension du ballon de l’Ecole aérostatique de France. Le 12 octobre 1884”, L’Aéronaute, 17e année, n° 12, décembre 1884, p. 230-231.

Eugène Valès en 1885

Enfin, à quatre heures trois quarts, nous appareillons et à cinq heures précises nous quittons l’usine, avec une force ascensionnelle presque nulle. Au départ, le thermomètre indique 28 degrés, l’hygromètre 20 degrés d’humidité. 

Nous montons lentement, et prenons, tout d’abord, la direction sud-est si souhaitée par mon compagnon. Mais arrivés aux buttes Chaumont, à cent cinquante mètres d’altitude environ, un courant nord-est nous ramène sur Paris. A cinq heures vingt minutes nous sommes au-dessus de la Rotonde de la Villette ; nous avons donc mis vingt minutes pour faire un kilomètre environ. 

Nous atteignons six cents mètres, le thermomètre est à 22, l’hygromètre à 70. Nous trouvons, à cette altitude, un courant est-nord-est qui nous fait suivre une ligne parallèle à la rue Lafayette ; nous la suivons sur toute sa longueur sans dévier d’une ligne; à six heures nous arrivons près de l’Opéra. 

Au-dessus de la gare de l’Ouest, à neuf cents mètres d’altitude, le thermomètre est descendu à 15 degrés, l’hygromètre indique toujours 70 d’humidité. Nous trouvons alors un courant nord-est qui nous fait passer sur la Madeleine, que nous laissons à gauche et au-dessus du Palais de l’Industrie. Nous allons franchir la Seine, quand un courant sud-est nous dirige vers l’Arc-de-Triomphe ; il est six heures quinze. 

A moitié chemin, à 1,200 m. d’altitude et par un courant sud-sud-est nous laissons l’Arc-de-Triomphe à notre gauche et nous nous dirigeons cette fois vers Asnières. Malheureusement la vitesse de ce courant est aussi faible que celle des précédents ; il nous faut quarante minutes pour arriver au Port d’Asnières. Je commence à craindre que nous ayons beaucoup de peine à gagner la campagne. En passant je fais remarquer à mon compagnon l’aspect de la Seine, en aval du port. Vue d’un ballon, c’est une longue tache noire 
et huileuse qui s’étend bien au delà de St-Denis. Avis aux partisans du tout à l’égout, je les engage à faire une petite promenade aérienne dans ces parages, nul doute qu’ils ne reviennent avec des idées modifiées. […] Nous atteignons Bois-Colombes à 1,500 mètres d’altitude […]. Comme nous nous rendons compte du nouvel itinéraire que nous allons suivre, un bourdonnement qui nous semble formidable se produit près de nous. Nous en cherchons la cause et constatons que, sans nous en douter, nous avions embarqué un troisième compagnon de route sous la forme d’une gentille petite mouche. Elle va et vient de l’un à l’autre et, sans doute, manifeste à sa manière la surprise qu’elle éprouve d’être soumise à une dépression qui doit entraver son vol, ce qui à mon avis explique le bruit inusité produit par le battement de ses ailes. 11 est vrai que nous sommes dans un milieu où le calme commence à être très grand.

Eugène Valès, “Ascension du ballon “Le Mozart” à l’usine à gaz de la Villette. Le 3 juillet 1885″, L’Aéronaute, 18e année, n° 12, décembre 1885, p. 225-6.

Henri Lachambre en 1885

Notre voyage a pour but d’expérimenter la nouvelle soupape métallique et l’ancre de M. Hervé. […]

Le départ a lieu de l’usine à gaz de la Villette à 1 h. 55 m.; le ciel est pur au nord, le thermomètre marque à terre 12°. Nous nous élevons lentement par un vent très faible, qui nous pousse dans la direction nord-est. Nous voyageons longtemps de 100 à 300 mètres, et le thermomètre marque alors 14 à 16°. 

La capitale nous est cachée par des brumes assez épaisses, seuls quelques monuments : les tours de Belleville, le Panthéon et les Invalides émergent de cet océan de vapeurs. 

Un soleil ardent nous échauffe et nous atteignons bientôt 600 et 700 mètres. Nous passons sur Aubervilliers, La Courneuve, le Bourget.

Henri Lachambre, “Ascension du “Talisman”. Le 2 novembre 1885″, L’Aéronaute, 18e année, n° 12, décembre 1885, p. 227-8.

Guy de Maupassant en 1887

En une seconde, nous sommes partis. On ne sent rien ; on flotte, on monte, on vole, on plane. Nos amis crient et applaudissent, nous ne les entendons presque plus ; nous ne les voyons qu’à peine. Nous sommes déjà si loin ! si haut ! Quoi ! Est-ce possible ? Sous nous, maintenant, Paris s’étale, une plaque sombre, bleuâtre, hachée par les rues, et d’où s’élancent de place en place, des dômes, des tours, des flèches, puis tout autour, la plaine, la terre que découpent les routes longues, minces et blanches au milieu des champs verts, d’un vert tendre ou foncé, et des bois presque noirs.

La Seine semble un gros serpent roulé, couché immobile, dont on n’aperçoit ni la tête ni la queue ; elle vient de là-bas, elle s’e va là-bas, en traversant Paris, et la terre entière a l’air d’une immense cuvette de prés et de forêts qu’enferme à l’horizon une montagne bassen lointaine et circulaire.

Le soleil qu’on n’apercevait plus d’en bas reparaît pour nous, comme s’il se levait de nouveau, et notre ballon lui-même s’allume dans cette clarté ; il doit paraître un astre à ceux qui nous regardent. …

Maupassant, “De Paris à Heyst”, Le Figaro, 16 juillet 1887, p.1.

Eugène Valès en 1888

Au moment où nous terminons le gonflement, le ciel s’assomtbrit, quelques légers flocons de neige mêlés de gouttes d’eau, commencent à tomber. Dans la crainte d’être contrariés par la pluie,
nous activons les derniers préparatifs de départ, et à trois heures, MM. Lépineet Bougron, qui doivent m’accompagner, prennent place dans la nacelle. Nous quittons l’usine, nous dirigeant vers les Buttes-Chaumont ; mais le courant, qui nous y mène, ne tarde pas à changer, et quelques minutes après notre départ, à 400 mètres d’altitude, le vent, devenu nord-est, nous conduit vers la rotonde de la Villette, au-dessus de laquelle nous passons. Nous avons atteint 600 mètres. 

Là, nouveau changement de direction, le courant se met presque au nord ; nous passons au-dessus de la gare de l’Est, puis du carrefour formé par la rencontre des boulevards de Strasbourg et de Magenta. 

A 700 mètres, nous sommes portés vers le quartier des Archives, puis un courant nord-nord-est nous ramène place du Chatelet. Nous traversons la Seine et suivons une ligne parallèle au boulevard du Palais, un peu à gauche de ce boulevard. A cet endroit, le point de vue est superbe, et bien que le temps soit un peu brumeux, la vue s’étend assez loin, surtout de l’ouest à l’est. 

En-passant au-dessus du parvis Notre-Dame, mes compagnons, remarquent au-dessus de la place de larges lignes noires, sur lesquelles passent voitures et piétons, en sont d’abord fort intrigués ; mais ils ne tardent pas à reconnaître que c’est tout bonnement un tonneau d’arrosage qui a dessiné ces lignes en forme de spirales, qui, vues de 900 mètres, altitude que nous venons d’atteindre, paraissent être absolument noires sur un fond gris-blanc. 

Mais nous avançons toujours, quoique très lentement ; nous voici entre le jardin du Luxembourg et le Panthéon. Au moment où nous allons nous engager au-dessus du cimetière Montparnasse, un courant est-sud-est nous porte vers l’Ecole Militaire. Là nous nous rendons compte de l’ensemble des travaux de l’exposition de 1889 ; mes compagnons remarquent les hangars, en partie vitrés, mais ils cherchent en vain la Tour Eiffel, je leur désigne l’emplacement qu’elle occupe, et leur surprise est grande, en voyant un carré de matériaux, paraissant ne dépasser que de quelques mètres les constructions avoisinantes, bien que la Tour atteigne aujourd’hui 80 mètres. 

Avant de quitter le Champ-der-Mars, nous n’oublions pas de donner un coup d’oeil aux constructions, aujourd’hui terminées, de la Bastille, et de la partie de la rue Saint-Antoine reconstituées pour l’Exposition du Centenaire. 

Nous sommes à 1,200 mètres. Au lieu de traverser la Seine, comme nous semblions devoir le faire, nous suivons maintenant une ligne parallèle au fleuve et nous sortons de Paris par Grenelle. 

Nous avons mis une heure et quart pour traverser Paris avec des vitesses de translations bien différentes, selon les courants que nous suivions, et contrairement à ce qui se produit la plupart du temps, ces courants diminuaient de vitesse au fur et à mesure que nous nous élevions dans l’atmosphère. 

Quant à la température, elle a toujours été en décroissant. Ainsi, le thermomètre, qui, à terre, indiquait 5 degrés au-dessus de 0, est descendu successivement : à 3 degrés à 700 mètres, 1 degré à 800, puis à moins un à 1,000 mètres et moins 2 à 1,200 mètres. 

L’hygromètre, qui au départ accusait 78 degré 9 d’humidité, est descendu à 75° à 1,200 mètres, après avoir marqué 82 de 7 à 900 mètres. Depuis notre départ, la neige n’a pas cessé de tomber en légers flocons.

Eugène Valès, “L’ascension du ballon “Le Mozart”, L’Aéronaute, juillet 1888, p. 123-125.

L’Aéronaute, juillet 1888, p. 125.

Flammarion en 1889 à propos d’une ascension de 1880

Donc, le 27 juillet 1880, à dix heures du soir, le beau globe de soie, auquel nous allons suspendre nos destinées, se balance frémissant, prêt à prendre son vol, caressé par les premiers rayons rougeâtres de la lune orientale. […] Une poignée de sable suffit pour nous faire quitter la terre. Le globe monte et glisse en silence, suivant un ligne oblique qui l’élève lentement dans la direction de l’Est. 

Les amis qui assistèrent à notre départ nous virent disparaître en quelques minutes dans le ciel nuageux et noir, vaguement éclairés par la lune qui se levait entre les nuages. Pour nous, je l’avoue, la transition a été brusque et stupéfiante entre les conversations qui nous entouraient au départ et le silence morne, glacial et subit d’en haut. 

Quel spectacle que celui de Paris, observé à dix heures du soir, du haut de la nacelle de l’aérostat solitaire ! Déjà je l’avais contemplé du haut du magnifique ballon captif si merveilleusement installé par M. Giflard, en 1878 et 1879, dans la cour des Tuileries. Mais l’impression du ballon captif reste toujours incomplète. Ici, quel isolement, quelle solitude ! La grande capitale est là, sous nos pieds, tout illuminée. Quel tourbillon ! Quelle vie ! quelles passions ! quelles rivalités ! Là s’agitent les petits combats de la grande bataille de la vie, et nous, nous planons dans le silence éternel, montant, étonnés, stupéfaits, ravis, dans la direction de la Voie lactée, où déjà resplendissent les feux célestes de Persée et d’Andromède. L’esquif aérien glisse mystérieusement à travers les plaines éthérées. 

A peine commencions-nous à jouir de ce grand spectacle : l’illumination de Paris en bas, l’illumination du ciel en haut, qu’un cri d’épouvante s’échappe de toutes nos poitrines : Malheureux ! que faites-vous ?” Et nous nous précipitons aux jambes du jeune aéronaute pour l’arracher à une mort certaine.

[…]

A mille mètres, en entrant dans Seine-et-Marne, nous revîmes Paris une dernière fois, comme un petit phare lumineux sur le fond noir 
de l’espace occidental, plan tout à fait reconnaissable à sa forme : on aurait pu nommer les boulevards des fortifications. Maintenant, nous voguons en pleine nuit : plus la moindre lumière sur la terre.

Camille Flammarion, Voyages en ballon, Paris, C. Marpon & E. Flammarion, 1889, p. 229-230 et p. 233.

Jules Lucy en 1890

Nous avions décidé une ascension à l’usine de la Villette pour le 9 mars 1890. […]

Au moment d’embarquer les instruments, je relève leurs indications, le baromètre indiquait 0 m. 756, le thermomètre +10° et l’hygromètre 56. 

Le ciel est nuageux avec de larges éclaircies, une forte brise N. N. W. balance gracieusement l’Aurore prêt à partir.  […]

12 h. 25. — Nous partons avec une force ascensionnelle de 30 k., chiffre qui peut paraître exagéré au premier abord, mais le vent, nous poussant directement sur les gazomètres, obligeait à une montée rapide qui s’est subitement arrêtée à 80 m. nécessitant un nouveau jet de 10 k. ; ce supplément nous emmène à 800 m. ; nous passons au-dessus des buttes Chaumont à cette altitude, mais un nuage qui nous masquait le soleil s’étant retiré, nous montons progressivement. 

12 h. 35. — Altitude 1250 m., Thermomètre + 1°, hygromètre 56. 

Nous passons sur le bois de Vincennes, M. A. Cassé se dispose à prendre la vue de Paris, dont les bruits nous arrivent semblables à un murmure, décroissant au fur et à mesure que nous nous éloignons. 

12 h. 40. — Altitude 1550 m., Thermomètre +4°, hygromètre 56. 

Le paysage est très intéressant ; nous sommes entre Charenton et Nogent, au-dessus de la Marne. 

Nous voyons les bateaux à vapeur circulant sur la Seine qui déroule ses anneaux comme un serpent d’argent à travers la capitale. 

Mais ce qui nous frappe surtout, ce sont les petites proportions que prend la tour Eiffel ! 

C’est une réduction d’elle-même qui semble pouvoir tenir sur une cheminée, comme ces pendules exposées dans la vitrine des horlogers parisiens. 

Quant aux monuments, ils sont noyés dans la multitude de maisons qui les entoure ; seul le Panthéon sur sa montagne domine un peu. 

Jules Lucy, “Ascension de “L’Aurore”. Aérostat de 1000 m.c.”, L’Aéronaute, juin 1880, p. 150-1.

Maurice Farman en 1894

Je fixai l’ascension pour le 23 juillet, mais une suite de mauvais temps empêchèrent de mettre ce projet à exécution et ce ne fut que le 26 que nous arrêtâmes le départ. 

Bien que le temps ne se mit guère de la partie — il était couvert toute la journée — le gonflement fut ordonné. Il commença à cinq heures du soir. 

Peu avant notre envolée, le ciel était très chargé et un orage se formait au nord-ouest et à l’ouest, c’est-à-dire qu’il venait sur nous. 

En conséquence, on hâta le départ qui s’effectua à 8 h. […]

Le pesage, opération fort délicate, étant fait avec une grande précision, nous nous élevons avec une lenteur extrême. Nous rasons les toits ; les passants nous adressent un chaleureux “bon voyage !” auquel nous répondons en agitant nos chapeaux. 

Ce spectacle est vraiment curieux. Mais, en prévision de la pluie qui peut nous atteindre, elle tombe déjà derrière nous, Besançon, craignant un tel voisinage, jette un peu de lest et nous montons lentement.

8 h. 46. — Nous sortons de Paris entre Montreuil et Vincennes. Notre direction change, nous marchons vers l’est. Nous venons de parcourir 5,400 mètres en 18 minutes, soit une vitesse de 5 mètres à la seconde. 

9 h. 1. — En passant au-dessus de Fontenay, nous apercevons des averses partielles au nord-ouest et à l’ouest, c’est-à-dire sur Paris. Dans la direction opposée quelques étoiles se montrent et nous font espérer une belle nuit.  […]

10 heures. — Nous passons à Bussy-Saint-Georges. Notre marche est régulière, 27 k. 300 en 1 h. 32 minutes. 

Le phare de la tour Eiffel disparaît, mais Paris répand une lueur qui éclaire les nuages et que nous apercevrons longtemps encore.

Maurice Farman, “Quatorze heures en l’air”, L’Aérophile, 2e année, n° 10-11, 1894, p. 192.

Maurice Farman en 1896

Notre départ, après une interminable série de retards, très préjudiciables à certains points de vue, s’est effectué le vendredi 20 novembre, à 9 heures 50 du soir, de La Villette, au milieu d’un groupe d’amis intimes que les contre-ordres n’avaient pas découragés. […]

A trois heures de l’après-midi seulement, l’Observatoire de Montsouris nous a avertis qu’une grande éclaircie se produirait avec vent du Nord ou de l’Ouest et c’est sur cet avis que nous nous sommes décidés à partir le même soir, pour profiter du beau temps et pour l’accompagner. 

Nos désirs se sont réalisés d’une façon admirable la pluie est tombée devant et derrière nous, comme nous avons été à même de le constater directement et de le confirmer par le bulletin de l’Observatoire, mais n’est tombée à aucun moment de notre voyage. […]

Le vent, relativement faible à la surface du sol, a permis d’exécuter un départ tout à fait dans l’ordre de notre programme, mais qui a profondément étonné certains spectateurs qui, évidemment, s’attendaient à nous voir monter avec la rapidité d’une flèche. 

Grâce à un peu de lest bien réglé et à un pesage très soigné, nous quittons terre lentement, comme à regret (ce n’était pourtant pas le cas), et nous n’atteignons d’abord qu’une hauteur de deux cents mètres. 

Paris entier se déroule sous nous et nous reconnaissons à merveille toutes ses avenues, toutes ses grandes rues, semblables à des doubles rayons parallèles de lumière. Notre direction est à peu près Sud. Les Buttes-Chaumont passent juste à notre nadir, sous notre nacelle et les oiseaux aquatiques du lac, des cygnes, je crois, manifestent la plus grande frayeur à notre vue et s’enfuient en poussant des cris désespérés. 

Un jardin avec un tas de pierres ; c’est l’effet que nous produit un cimetière, bien reconnaissable par le manque absolu de lumières. Nous quittons la Grand’ Ville par la porte de Charenton à dix heures dix minutes et nous traversons la Seine une minute après. […]

Paris, ordinairement visible longtemps par l’amas de ses lumières, disparaît de suite.

Maurice Farman, “De Paris à Agen en ballon”, Le Figaro, 23 novembre 1896, p. 1-2.

Ce voyage fait aussi l’objet d’un compte rendu de Georges Besançon publié dans L’Aérophile21. L’auteur y développe les objectifs du voyage : test de matériel, réalisation d’un voyage de longue durée, observations météorologiques, mais passe rapidement sur le départ depuis Paris. Il choisit plutôt de renvoyer vers le récit fait par le passager : “Je ne décrirai pas l’aspect de la terre qui a été très bien rendu par Maurice Farman dans son intéressant article du Figaro. Je dirais seulement que nous sommes passé au-dessus des Buttes-Chaumont, du Père-Lachaise et que nous sommes sortis de Paris par la Porte de Charenton”22.

Maurice Farman en 1900

Après un « pesage » très soigné de M. Georges Besançon, nous quittons le sol avec une extrême lenteur. […]

Nous montons tout doucement jusqu’à deux cents mètres. 

L’air est très sec. Le soleil vient de disparaître derrière l’horizon. 

Un banc de nuages et d’autres petits groupes isolés y réfléchissent ses rayons et ajoutent encore à la beauté du couchant. 

Paris se détache comme une cité de poussière et de fumée ; à cette heure, aucune rue, aucune place n’est illuminée ; l’impression est navrante de tristesse surtout quand on a devant les yeux l’admirable spectacle du crépuscule dont les feux s’éteignent doucement au milieu du calme de la nature. 

L’Exposition seule fait une tache lumineuse au milieu de la ville. Nous dominons de très peu la Tour Eiffel. 

Juste au-dessous de nous la porte de Vincennes. 

Nous redescendons jusqu’à 300 mètres. Un peu de lest et nous voilà à 450 mètres. 

A cette bien faible altitude cependant nous dépassons de beaucoup la zone des brumes. Le Mont-Valérien, le Sacré-Cœur, la Tour Eiffel ressemblent à s’y méprendre à des îlots au milieu d’une mer de fumées et de poussières de toutes espèces qui semblent figées au-dessus de Paris. 

L’église du Sacré-Cœur surtout, avec ses coupoles éclatantes de blancheur, se découpe étrangement dans le ciel crépusculaire. 

Nous nous éloignons lentement de Paris. Comme toujours, les bruits les plus étranges montent vers nous : aboiements de chiens qui pleurent à la lune, sifflets de locomotives, coups de trompe des tramways, sonnerie de clairons et jusqu’au bruit du cor, nous apprendraient, si nous ne le savions déjà, que nous flottons au-dessus de la banlieue de Paris. […]

Nous passons la boucle de la Marne. La lune s’y reflète et l’eau est tellement calme qu’elle fait miroir et nous renvoie l’image d’une lune énorme dont on ne voit qu’une partie. 

Les bruits s’éloignent et le calme de la nuit commence ; les chiens ont cessé leurs aboiements, les oiseaux se taisent, Paris s’éloigne avec son murmure caractéristique; nous sommes au nord de Lieusaint et venons de quitter la forêt de Sénart. 

Maurice Farman, “Vingt heures en ballon. De Paris au Mont Mézenc”, L’Aérophile, 8e année, n° 7, juillet 1900, p. 91.

Alberto Santos-Dumont en dirigeable au-dessus de Paris en 1899

Le 13 novembre 1899, je quittai, à bord du Santos-Dumont N° 3, l’établissement de Vaugirard. Cette ascension fut la plus heureuse que j’eusse encore faite. 

De Vaugirard, j’allai directement au Champ-de-Mars, que j’avais choisi à cause de sa vaste étendue libre. Là, je pus m’exercer à mon gré dans la navigation aérienne, décrivant des cercles, filant en ligne droite, imposant à l’aéronef des montées diagonales, des descentes diagonales, par la force du propulseur, et acquérant ainsi la maîtrise de mes poids déplaçables. […] Ce fut ma plus belle victoire. […]

Au cours de ces évolutions sur le Champ-de-Mars, mon esprit ne s’arrêta pas spécialement à la Tour Eiffel. Tout au plus me sembla-t-elle un monument intéressant à contourner, et je la contournai, en effet, plusieurs fois, à une sage distance. Puis, sans songer le moins du monde à ce que me réservait l’avenir, je pris tout droit la 
direction du Parc-dcs-Princes […] . 

Je me rendis au Parc-des-Princes parce que c’est, là aussi, un bel endroit ouvert. Quand je fus arrivé, cependant, je n’eus pas envie de descendre. Je lis donc un crochet, et mis le cap sur le champ de manœuvre de Bagatelle, où j’atterris enfin, en souvenir de ma chute de l’année précédente. […] On se rappelle qu’à ce moment ni l’Aéro-Club ni moi-même ne possédions de parc à ballon ni de garage d’où partir et où retourner. 

[M]ême si des raisons sentimentales ne m’avaient fait atterrir à Bagatelle, j’aurais hésité à revenir avec le vent à la station de Vaugirard, petite, difficile d’accès, entourée par les constructions de toute nature d’un quartier très actif. L’atterrissage dans Paris est généralement dangereux, pour quelque ballon que ce soit, parmi les tuyaux de cheminées qui menacent de déchirer son liane, et les tuiles toujours prêtes à choir sur les têtes des gens qui passent.

Alberto Santos-Dumont, Dans l’air, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1904, p. 126-130.

Alberto Santos-Dumont, Dans l’air, p. 33.

Image d’en-tête : Détail de “Paris la nuit”, dessin de M. Vierge, paru dans Le Monde illustré, 23 août 1879, p. 117. L’auteur de l’article “La fin du Ballon captif” dans le même numéro commente ainsi cette publication (p. 118) :

“Nous avons voulu néanmoins leur(à tous ceux qui ont mis le pied dans la nacelle du ballon) laisser le souvenir de ce qu’ils avaient vu en publiant la vue de Paris la nuit, prise pendant sa dernière ascension nocturne par M. Vierge. Ce dessin, que nous nous disposions à publier, aura aujourd’hui un double intérêt, puisqu’il ne sera plus donné à personne de voir Paris du haut des airs. “

Le Monde illustré, 23 août 1879, p. 117. (Bnf-Gallica)


Citer ce billet
Catherine Radtka (2024, 12 janvier). Au-dessus de Paris, en ballon, dans le dernier tiers du XIXe siècle – C. Radtka. Ciels de Paris. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmuo

  1. Luc Robène et Dominique Bodin, “Le feuilleton aéronautique à la belle Époque”, Le Temps des médias, n° 9, 2007, p. 47-62. []
  2. En particulier pour la météorologie, l’emploi du ballon gagne alors en légitimité, grâce notamment à Camille Flammarion. Sur ce point voir Fabien Locher, “De nouveaux territoires pour la science : les voyages aériens de Camille Flammarion”, Société et Représentations, n° 21, 2006, p. 157-175 et, du même, Le Savant et la tempête. Étudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle, Rennes, Pur, 2008, ch. 7. []
  3. Tissandier dans La Nature en 1883 cité par Patrick De Oliveira, The Ascending Republic: Aeronautical Culture in France, 1860-1914, Princeton University, PhD in History, 2018, p. 241. Sur l’homme de presse Tissandier, nous renvoyons à Axel Hohnsbein, “Gaston Tissandier : histoire d’une ascension (médiatique)”Romantisme, n° 199, 2023, p. 121-130. []
  4. Patrick De Oliveira, The Ascending Republic, op. cit. []
  5. À l’exclusion donc des simples mentions de lieux de départ ainsi que remarques réduites à l’observation d’un effet du vent. []
  6. Ce travail appelle de futurs enrichissements et est toujours en cours. []
  7. Au cours des décennies qui suivent la guerre, sont également publiés de nombres récits d’aérostiers et de vols entrepris pendant le siège. Ils forment un autre corpus pour notre étude et nous ne les incluons donc pas ici. []
  8. Alberto Santos-Dumont, Dans l’air, Paris, Charpentier et Fasquelle, en particulier chapitre VIII “Sensations de navigation aérienne”. []
  9. Patrick De Oliveira, The Ascendant Republic, op. cit., p. 264-5. []
  10. Voir par exemple le compte-rendu de l’ascension de l’Urania du 7 juin 1901 par Yves de Raismes qui inclut une description de Paris vu d’en haut. []
  11. Un ballon captif fait ainsi partie des attractions de la foire aux pains d’épices, place de la Nation, au début des années 1880. []
  12. Dites aussi “gare des ballons” même si le terme ne semble pas correspondre pas à l’activité du lieu. []
  13. Marie Thébaud-Sorger, Une histoire des ballons. Invention, culture matérielle et imaginaire, 1783-1909, Paris, éditions du Patrimoine, 2010, p. 27. []
  14. illustrateur pour Le Monde illustré []
  15. site du grand ballon de Giffard []
  16. La tragédienne a réalisé de nombreuses ascensions. Dans le récit publié sous le titre Dans les nuages, le personnage de Doña Sol est un double tout à fait reconnaissable. Les ascensions de Sarah Bernhardt sont loin de représenter une exception féminine même si les années 1870 à 1890 s’inscrivent dans le contexte d’une “remasculinisation des usages de l’air”. Sur ce point, voir Luc Robène, “Une nacelle à soi. Devenir femme aéronaute au XIXe siècle”Nacelles, n° 12, 2022. []
  17. James ? []
  18. Peut-être Eugène Mercier (1838-1904), passionné d’aéronautique. []
  19. Avec deux autres articles publiés la même année, ce texte a été réédité dans le recueil En l’air et autres chroniques d’altitude paru en 2019 aux éditions du Sonneur, avec une préface de l’écrivain Sylvain Tesson. []
  20. Patrick De Oliveira, The Ascending Republic, op. cit., p. 197-9 []
  21. Georges Besançon, “Traversée aérienne de 600 kilomètres. De Paris à Agen, à bord du “Touring-Cub””, L’Aérophile, 1896, p. 245-263. []
  22. Ibid., p. 253. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.